Reinette Girard
Psychanalyste Marseille, psychothérapie individuelle, Thérapie de couple, Thérapie familiale systémique.
63 rue Paradis 13006 Marseille (proche métro Estrangin Préfecture)
 
63 Rue Paradis, 13006 Marseille, France
Reinette Girard
Psychanalyste Marseille, psychothérapie individuelle, Thérapie de couple, Thérapie familiale systémique.
63 rue Paradis 13006 Marseille (proche métro Estrangin Préfecture)

Culture psychanalytique : Deuxième leçon de Psychanalyse, Freud, 1909;


19 vues
video-play-icon

Le refoulement .

psychanalyse, refoulment

Après avoir minutieusement observé et analysé les méthodes thérapeutiques  en hypnose  Sigmund Freud, éminent penseur viennois, fait l'incisive observation que les patientes manifestent souvent des résistances psychologiques tenaces, une sorte de barrage inconscient, qui s'érigent pour empêcher l'émergence douloureuse de souvenirs traumatiques enfouis.  Il  élabore alors l'hypothèse révolutionnaire selon laquelle une force psychique intérieure, qu'il nommera plus tard le "refoulement", œuvre à maintenir ces souvenirs douloureux à l'écart de la conscience, en reléguant hors du champ conscient les affects dérangeants associés à des expériences passées pathogènes, traumatiques dans le but de préserver l'équilibre mental de l'individu.
 

•Freud veut apporter du crédit à son analyse sur les hystériques et à sa méthode psychanalytique.
•Il informe son public que dans la même période, un autre médecin, le docteur Charcot À Paris, avait fait le même constat,  à savoir que les paralysies hystériques Seraient liées  à des traumatismes .
psychanalyse
•Freud découvre grâce à la méthode cathartique que ce qui est refoulé  serait lié à un conflit intrapsychique entre deux représentations antagonistes. Il note :  « l'inconciliabilité de la représentation en question avec le moi du malade était donc le motif du refoulement  ; les exigences éthiques et autres de l'individu étaient les forces refoulantes. »
• Le refoulement permet  donc au malade de s'épargner un haut degré de déplaisir.

Pour Freud, les symptômes sont liés à des conflits intrapsychiques.

Freud donne l'exemple d'une patiente qui tombe malade après le décès de sa sœur alors qu’elle avait une tendresse particulière pour son beau-frère. elle pensait que sa sœur étant morte, son mari pouvait l’épouser.

•Le conflit entre le désir éprouvé pour le mari de sa sœur et celui de la révolte de ses sentiments envers son désir avait été refoulé. Ce refoulement lui avait permis de se protéger d’une souffrance liée à ses affects. Mais ce refoulement se manifestait plus tard à travers son symptôme. Freud dit qu’elle avait oublié son désir envers son beau-frère. Lorsque ce souvenir remonta à la surface, pendant son analyse, la jeune fille fut guérie.

Pour Freud le moi se défend des souvenirs qui lui sont pénibles. Freud  précise à son public que le travail sur le refoulement n’est que  le début d'une compréhension sur les phénomènes psychologiques. par ailleurs, selon lui l'hypnose ne permet pas de voir les résistances du patient au contraire elle les cache contrairement à la méthode cathartique ou à la libre association

psychanalyse

L'intérêt de l'hypnose  et qu'elle a pu révéler le lien entre les symptômes et les expériences traumatiques vécues, ce qui a permis de découvrir le refoulement et l’inconscient.

Ce qui a été refoulé continue d'exister et agit dans l'inconscient et pousse pour remonter à la surface, MAIS en est empêché par la résistance.
Pour éviter d’être reconnu, et pour pouvoir sortir au niveau de la conscience, le refoulé va opérer selon Freud « une formation de substitution déformée et rendue méconnaissable », . Il va ainsi se transformer en souffrance, en mal-être, en symptôme que le patient ne comprendra pas..

La lever du refoulement, condition pour arriver à résoudre ses conflits intrapsychiques.

psychanalyse

Le conflit psychique, telle une énigme tortueuse qui se cache dans les labyrinthe de l'inconscient, pourra trouver son dénouement et s'apaiser progressivement, une fois que les souvenirs et les émotions longtemps refoulés, enfouis sous le poids des défenses intérieures, pourront être délicatement mis en mots et en images par le patient au cours d'un processus thérapeutique souvent ponctué de résistances importantes, reflet de la lutte intérieure entre le désir de savoir et la peur de la vérité révélée, ou des émotions enfouies refoulées.

Freud termine cette deuxième conférence en nommant précisément sa méthode qu’il a appelée, Psychanalyse.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.