Psychanalyste Marseille - Thérapeute de couple et thérapeute familiale - Reinette Girard
63 Rue Paradis, 13006 Marseille, France
 

Que se cache t-il derrière la colère ?


1.072K vues
video-play-icon

La colère est une émotion universelle, un cri du cœur qui, tel un volcan en ébullition, peut jaillir avec une force dévastatrice. Elle est présente dans toutes les cultures et à toutes les époques, se manifestant sous diverses formes et intensités. Mais qu’est-ce qui alimente réellement ces flammes de l’âme ? Comme tous les psychanalystes nous observons comment cette passion ardente, met en lumière les mécanismes psychiques sous-jacents. Dans notre société où l’expression des sentiments est souvent régulée par des normes sociales strictes, la colère reste néanmoins une émotion difficile à cerner... et à accepter. Elle est parfois vue comme un signe de faiblesse ou d’incapacité à gérer ses impulsions. Pourtant, elle recèle des messages profonds sur notre état psychique ; des messages que nous devons apprendre à écouter et comprendre pour mieux vivre avec soi-même et avec autrui.

Les origines de la colère

La colère prend racine dans nos premières années de vie. Dès l’enfance (période cruciale pour le développement émotionnel), elle se manifeste lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits ou que nos limites sont transgressées. Le psychanalyste explique : "La colère est souvent le reflet d’une frustration... une réponse à un sentiment d’injustice ou d’impuissance." Ces expériences initiales façonnent notre rapport à cette émotion puissante et influencent la manière dont nous ne nous exprimerons pas plus tard. 

La colère est un signe de frustration

Au fil du temps, la complexité de nos interactions sociales ajoute des couches supplémentaires à notre compréhension de la colère. Elle peut être liée à des attentes déçues, des conflits relationnels ou même des traumatismes anciens qui ressurgissent inopinément. La colère n’est donc pas un simple réflexe ; elle est le miroir de nos blessures intérieures et des défis auxquels nous sommes confrontés dans notre environnement immédiat. .

La communication derrière la fureur

La colère peut être une tentative désespérée pour communiquer quelque chose d’important – un besoin non satisfait ou une valeur bafouée – mais que les mots peinent à exprimer clairement. Cela peut également être une réponse à un sentiment de peur ou d’anxiété souvent sous-jacent. Par exemple, un individu confronté à une performance insuffisante peut réagir par une colère inhabituelle, masquant une crainte de perdre son emploi. Elle invite donc les individus impliqués dans un conflit à chercher ensemble ce message caché ; c’est là où le dialogue devient crucial. Parfois, cela nécessite l’aide d’un tiers (comme un thérapeute) pour faciliter l’échange et permettre aux parties de s’écouter vraiment.

La colère peut être une tentative désespérée pour communiquer quelque chose d’important – un besoin non satisfait ou une valeur bafouée – mais que les mots peinent à exprimer clairement. Cela peut également être une réponse à un sentiment de peur ou d’anxiété souvent sous-jacent. Par exemple, un individu confronté à une performance insuffisante peut réagir par une colère inhabituelle, masquant une crainte de perdre son emploi. Elle invite donc les individus impliqués dans un conflit à chercher ensemble ce message caché ; c’est là où le dialogue devient crucial. Parfois, cela nécessite l’aide d’un tiers (comme un thérapeute) pour faciliter l’échange et permettre aux parties de s’écouter vraiment. 

colère

La colère exprime un désaccord

colère

La personne en colère réagit face à une injustice. Elle peut avoir le sentiment que son espace n’est pas respecté. La colère est une réaction de protestation qui exprime un désaccord. La personne montre que ses droits sont bafoués, ce qui la révolte. Par sa réaction, elle avertit les autres qu’ils sont dans l’obligation de se soucier de sa personne, de ses droits. Son attitude est une façon de les inviter à prendre conscience des conséquences de leurs actes.

La colère justifiée déclenche une prise de conscience du mal fait à l’autre, devant une situation particulière. C’est un signal envoyé à l’auteur de l’injustice pour déclencher une réaction de sa part. Par le message qu’elle envoie à l’autre, la colère peut, si elle est proportionnée et contrôlée, donner l’occasion de méta communiquer sur ce qui ce passe, en vue de rechercher des solutions possibles pour résoudre le problème, et réparer éventuellement la faute par une reconnaissance ou indemniser la personne qui a subi le préjudice.

La colère est une pulsion de mort

L’expression de la colère

La colère peut également se manifester par des expressions spécifiques dans différentes cultures. Par exemple, « colère blanche » ou « colère froide » désignent une colère sans expression gestuelle ni verbale, alors que « colère bleue » ou « colère noire » se réfèrent à une colère extrêmement violente. Cette diversité dans l’expression de la colère montre combien elle est omniprésente et multiforme tout au long de l’histoire humaine. Source : La personne en colère réagit face à une injustice. Elle peut avoir le sentiment que son espace n’est pas respecté. La colère est une réaction de protestation qui exprime un désaccord. La personne montre que ses droits sont bafoués, ce qui la révolte. Par sa réaction, elle avertit les autres qu’ils sont dans l’obligation de se soucier de sa personne, de ses droits. Son attitude est une façon de les inviter à prendre conscience des conséquences de leurs actes. La colère justifiée déclenche une prise de conscience du mal fait à l’autre, devant une situation particulière. C’est un signal envoyé à l’auteur de l’injustice pour déclencher une réaction de sa part. Par le message qu’elle envoie à l’autre, la colère peut, si elle est proportionnée et contrôlée, donner l’occasion de méta communiquer sur ce qui ce passe, en vue de rechercher des solutions possibles pour résoudre le problème et réparer éventuellement la faute par une reconnaissance ou indemniser la personne qui a subi le préjudice. 

La colère explosive

Cependant, la colère peut facilement dégénérer en colère destructive si elle n’est pas gérée correctement et si elle est utilisée de manière inappropriée. Ces colères peuvent donner accès à des comportements violents, agressifs. Des réactions verbales agressives peuvent être préjudiciables pour les relations et pour l’équilibre psychologique de la personne. Il est donc nécessaire de travailler sur la gestion de la colère dans ces cas-là. L’objectif est d’apprendre à mieux gérer ses émotions, à les comprendre pour avoir des comportements moins destructeurs pour soi-même et les autres.

En psychanalyse, la colère est une pulsion de mort, une pulsion agressive. Elle est considérée comme une réponse émotionnelle devant une frustration ou devant une menace éventuelle.

 

Dans le cadre de la thérapie analytique, avec un psychanalyste, il s’agit d’explorer les causes profondes de la colère. Car la colère est un cri, un appel à l’autre, une souffrance non reconnue ou enfouie. Le psychanalyste peut aider la personne à comprendre sa colère et à mieux la gérer. Cela peut inclure généralement la recherche de traumatismes dans l’enfance, des croyances négatives limitantes apprises avec des adultes aux comportements dysfonctionnels.

Il arrive également que la personne en colère ne comprenne pas pleinement ce qui a déclenché sa réaction ; il lui faut alors entreprendre un travail introspectif pour démêler ses propres sentiments et motivations. C’est seulement ainsi qu’elle pourra transformer sa rage en parole constructive.

colère

Conséquences du déni de sa propre colère

Ignorer sa propre colère est synonyme de nier une partie essentielle de son expérience humaine. Le psychanalyste avertit : "Le déni constant conduit inexorablement à l’accumulation... jusqu’à ce que la pression devienne insoutenable." Comme tout sentiment refoulé, la colère cherche toujours un chemin pour s’exprimer – souvent sous des formes détournées et imprévisibles. Les symptômes peuvent varier : irritabilité chronique, cynisme acerbe ou même somatisation (lorsque le corps exprime par des maux ce que l’esprit tait).

Ces manifestations sont autant d’appels au secours qu’il convient d’entendre pour éviter qu’ils ne se transforment en problèmes plus graves, tels que l’anxiété chronique ou la dépression. De plus, vivre dans le déni affecte profondément les relations interpersonnelles : cela crée une distance émotionnelle qui empêche toute connexion authentique avec autrui – car comment partager véritablement quand on cache ses vrais sentiments ? Une étude des articles contemporains montre que les colères refoulées sont fréquemment liées à une culpabilité latente.

colère

Refoulement de la colère

Toutes les colères ne s’extériorisent pas. En effet, certaines personnes les refoulent. D’ailleurs, dans certaines familles, il est difficile, voire interdit d’exprimer ce type d’émotion. La personne est obligée de réprimer ses affects, ce qui a des conséquences sur son comportement et sur sa personnalité. Elle se voit contrainte de s’adapter à son environnement qui ne tient pas compte de ce qu’elle ressent. Cependant, la colère refoulée se manifeste d’une façon ou d’une autre soit par de l’angoisse, de la culpabilité, de la tristesse, des ruminations. Certains individus vont même utiliser un mécanisme de défense comme l’isolation pour ne rien ressentir, pour éviter de souffrir, mais le ressentiment les ronge de l’intérieur. Certaines personnes sont dites alexithymiques, c’est à dire qu’elles sont complètement coupées de leurs émotions. Elles ont donc des difficultés à ressentir et à exprimer leurs émotions. Ce sont des personnes qui ont souvent des problèmes psychosomatiques. Le corps est le refuge de ce qui ne peut pas être ressenti et exprimé.

Lors d’un travail en psychothérapie, la personne va peu à peu se connecter avec ses émotions. Femmes et hommes doivent parfois du temps, car chacun n’a pas appris à les vivre ou même à les ressentir pleinement. D’autres personnes peuvent se sentir mal à l’aise quand la colère remonte, car elles ont le sentiment d’être de mauvaises personnes. Il est important de les déculpabiliser, car plusieurs émotions peuvent se mélanger derrière la colère : un sentiment d’injustice, d’impuissance, de honte, de rejet, d’abandon, de tristesse, ou même de peur.

Les comportements associés à la colère non contrôlée

Une colère mal contrôlée peut se manifester par des comportements défensifs et destructeurs, tels que des explosions verbales ou physiques, l'ironie, le sarcasme, ou encore des comportements passifs-agressifs. Ces réactions peuvent causer des dommages relationnels et empêcher la résolution des conflits. Pour éviter ces pièges, il est crucial de reconnaître sa colère et de l'exprimer de manière constructive.

Conclusion

Pour gérer sainement sa colère, il faut tout d’abord reconnaître son existence et accepter qu’elle fasse partie intégrante de notre palette émotionnelle. « L’accueil bienveillant est le premier pas vers l’apaisement. » L’apprentissage de techniques spécifiques telles que la respiration profonde ou la méditation pleine conscience peut aider à réguler les réactions physiologiques immédiates liées au stress. Ce contrôle permet non seulement d’éviter les réactions impulsives, mais favorise également une meilleure compréhension des raisons sous-jacentes à cette fureur intérieure. Enfin (et c’est sans doute là où réside le véritable défi), il est important d’apprendre à exprimer sa colère de façon constructive : plutôt que des cris ou du silence boudeur (« la violence verbale »), optez pour « je » plutôt que « tu » lorsqu’on parle (« Je me sens frustré » plutôt que « Tu me rends furieux »). Cette approche favorise l’échange authentique sans blâmer ni attaquer l’autre – transformant ainsi potentiellement un moment conflictuel en opportunité de croissance partagée.

Dans le cadre de la thérapie analytique, avec un psychanalyste, il s’agit d’explorer les causes profondes de la colère. Car la colère est un cri, un appel à l’autre, une souffrance non reconnue ou enfouie. Le psychanalyste peut vous aider à comprendre votre colère et à mieux la gérer. Cela peut inclure généralement la recherche de traumatismes dans l’enfance, des croyances négatives limitantes apprises avec des adultes aux comportements dysfonctionnels.

psychanalyse

Articles similaires

Création et référencement du site par Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.