Reinette Girard
63 Rue Paradis, 13006 Marseille, France
 

Quatrième leçon de Psychanalyse, Sigmund Freud, 1909


37 vues
video-play-icon

D'où proviennent les souffrances ?

Dans cette 4e conférence Sigmund Freud affirme que les souffrances des patients proviennent des perturbations sexuelles.

Freud note : peut-être ferez-vous à présent cette objection  : mais voyons, tout cela n'est pas de la sexualité.  j'ai employé le mot dans un sens beaucoup plus large que celui auquel vous avez l'habitude de l'entendre. Cela, je vous le concède volontiers mais la question est de savoir si ce n'est pas plutôt vous qui employez ce mot dans un sens beaucoup trop étroit quand vous le restreignez au domaine de la reproduction. Vous sacrifiez, ce faisant, la compréhension des perversions, la corrélation entre perversion, névrose et vie sexuelle normale, et vous vous mettez hors d'état de reconnaître dans leur vrai significativité les débuts, facile à observer, de la vie amoureuse somatique et anémique des enfants. Mais quoi que vous décidiez quant à l'emploi de ce mot, tenez-vous en au fait que le psychanalyste conçoit la sexualité dans ce sens plein auquel on est conduit par la prise en compte de la  sexualité infantile.

Les symptômes sont souvent liés à des traumatismes d’enfance

SYMPTOME

S’il reconnaît que les symptômes sont souvent liés à des traumatismes et pas à la sexualité en elle-même, il note que le travail d'analyse permet de remonter sur les traces des premières expériences de vie qui ont une incidence dans la maladie future du patient. Il affirme « seules les expériences vécues de l'enfance donnent l'explication de la sensibilité aux traumas ultérieurs et ce n'est qu'en mettant à découvert et en rendant consciente ces traces mnésiques presque régulièrement oubliées que nous acquérons la puissance qu'il faut pour éliminer les symptômes. »

La Théorie psychosexuelle comporte plusieurs phases selon Freud.

Selon Freud,  l'enfant à une activité sexuelle dès le début de la vie. D'ailleurs pour Freud l'enfant investit son propre corps comme une source de plaisir, qu'il appelle une satisfaction auto-érotique, et plus tard il investira sa libido sur un objet extérieur.

 La Pulsion sexuelle selon Freud appelée libido est composée de plusieurs phases, orale, anale, phallique, phase de latence et génitale. L’enfant passe par toutes ses phases de développement et investit une zone érogène en fonction de son développement psychosexuel.

Développement de l'enfant

Ces phases de développement sont importantes car ce sont des périodes de découvertes et de maturation qui amènent l'enfant à se préparer à une vie d'adulte.  Par exemple, le nourrisson investit la zone érogène buccale puis son développement va l’amener à investir la zone anale, avec la découverte du contrôle des sphincters, puis le tout petit va traverser la période œdipienne, etc… Quand il y a une fixation à une période de développement psychosexuelle, cela va laisser des traces au niveau de l’inconscient. Ces fixations vont avoir une incidence sur le caractère de l’enfant et sur son comportement.

Les névroses sont la résultante d’une fixation.

Selon Freud, les névroses découleraient d'un problème survenant lors du développement de la fonction sexuelle. Celle-ci pourrait se retrouver inhibée ou entravée à un certain moment de son évolution. En fait, il s'agirait d'une sorte de blocage, une fixation à une étape précise du développement psychosexuel de l'individu.

Complexe d’Œdipe

C’est l’occasion pour Freud de présenter le complexe d'Œdipe, décrivant comment les premières relations affectives de l'enfant avec ses parents le préparent à sa vie adulte.

Il souligne que l’éducation des parents est importante pour permettre à l’enfant de surmonter ses frustrations lors de toutes les phases de développement décrites précédemment.

complexe d'Œdipe

Freud fait un parallèle avec les rêves qui sont une voie d'accès à l'inconscient. Ce sont les désirs refoulés qui resurgissent de façon déguisée de la même manière que les expériences refoulées de l'enfance agissent au niveau inconscient et peuvent être qualifiées d'une façon générale de sexuel.

Freud conclut cette conférence en affirmant que le travail psychanalytique est « la poursuite d'une éducation visant au surmontement des restes d'enfance. »


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.