Reinette Girard
Psychanalyste Marseille, psychothérapie individuelle, Thérapie de couple, Thérapie familiale systémique.
63 rue Paradis 13006 Marseille (proche métro Estrangin Préfecture)
 
63 Rue Paradis, 13006 Marseille, France
Reinette Girard
Psychanalyste Marseille, psychothérapie individuelle, Thérapie de couple, Thérapie familiale systémique.
63 rue Paradis 13006 Marseille (proche métro Estrangin Préfecture)

Traumatisme en psychanalyse


29 vues

Les origines du concept de traumatisme chez Freud

Le concept de traumatisme trouve ses origines dans la première théorie des névroses de Freud, élaborée entre 1885 et 1895. Durant cette période, Freud travaille avec des patients présentant des symptômes de névrose, tels que l'hystérie ou la névrose obsessionnelle. Il découvre que ces patients ont souvent vécu des expériences traumatiques – souvent à caractère sexuel – durant leur enfance ou leur adolescence. Ainsi, selon Freud, le traumatisme est une expérience douloureuse, qui provoque chez la personne une réaction de détresse et une rupture dans le fonctionnement psychique normal. Le choc traumatique est une effraction du pare-excitation, barrière qui protège des excitations internes. Pour Freud, il s'agit d'un refoulement lié au traumatisme. Pour Pierre Janet, c'est un mécanisme de dissociation qui s'opère lors d'un choc brutal. Des auteurs comme Sandor Ferenczi, Federn ont largement contribué à comprendre les traumatismes, notamment les phénomènes dissociatifs. 

Le traumatisme et la théorie de la séduction

À partir de ses observations cliniques, Freud développe la théorie de la séduction, selon laquelle les névroses ont pour origine des expériences de traumas précoces, généralement de nature sexuelle. Il soutient que ces expériences traumatiques sont souvent refoulées par le patient, c'est-à-dire oubliées et refoulées dans l'inconscient. Le symptôme névrotique est alors considéré comme une tentative de l'appareil psychique pour se protéger contre l'affect douloureux lié au traumatisme.
Cependant, Freud abandonnera par la suite cette théorie, car il se rend compte que les scènes traumatiques qu'il avait reconstituées à partir des témoignages de ses patients étaient souvent le produit des fantasmes de ces derniers. Malheureusement,  en abandonnant cette hypothèse de départ, Freud a involontairement contribué à ce que les femmes abusées dans l'enfance ne soient pas entendues.  En revanche, Sandor Ferenczi, un psychanalyste hongrois, ira dans le sens de ses patientes. Il a été précurseur dans la recherche des traumatismes et notamment sur les abus sexuels dans l'enfance. Il est à l'origine du concept d'identification à l'agresseur, de confusion de langue entre les enfants et les adultes.

La théorie de la "confusion de langue" de Ferenczi repose sur l'idée que les adultes et les enfants parlent deux langues différentes. L'enfant, encore en développement, exprime ses émotions et ses désirs de manière spontanée et authentique, tandis que l'adulte, formé par les conventions sociales, utilise un langage codifié et souvent dissimulé. Lorsqu'un adulte impose son langage à un enfant, il crée une confusion qui peut avoir des conséquences dévastatrices sur le développement psychique de l'enfant.

L'abus sexuel de l'enfant est l'exemple le plus flagrant de cette "confusion de langue". L'adulte, en imposant son désir sexuel à l'enfant, force ce dernier à entrer dans un monde adulte dont il ne comprend pas les codes et les implications. L'enfant se retrouve alors dans une situation de détresse psychique intense, ne sachant comment réagir face à cette intrusion violente dans son intimité. 

Le traumatisme et la théorie de l'interprétation des rêves

Dans son ouvrage majeur "L'interprétation des rêves" (1899), Freud poursuit ses réflexions sur le traumatisme et son rôle dans la vie psychique. Il montre que les rêves sont des scénarios symboliques construits par l'inconscient pour masquer les désirs refoulés et les traumatismes. Les rêves peuvent ainsi être interprétés comme une tentative de l'appareil psychique pour résoudre les conflits internes liés aux traumatismes et aux désirs inconscients. 

Le traumatisme et la répétition

video-play-icon

Un autre aspect important de la théorie freudienne du traumatisme est le concept de répétition. Freud a remarqué que les patients ayant vécu des expériences traumatiques avaient tendance à répéter, dans leurs relations interpersonnelles et dans leurs symptômes, des scènes et des situations issues du passé. Cette répétition est selon Freud une tentative de l'appareil psychique pour maîtriser le trauma, en le remettant en scène et en cherchant à lui donner une issue différente de celle qui a provoqué la détresse initiale.

Le concept de traumatisme est central dans la théorie psychanalytique freudienne, en particulier dans la compréhension des névroses et du fonctionnement de l'inconscient. Malgré l'abandon de la théorie de la séduction, les travaux de Freud sur le traumatisme ont largement influencé la psychanalyse et la psychothérapie modernes, notamment dans la prise en charge des traumatismes psychiques et dans la compréhension du rôle de l'inconscient dans la répétition des situations douloureuses.

Comment travailler avec les traumatismes.

Pierre Janet, bien qu'il n'ait pas été reconnu à l'époque ni par Freud ni par d'autres médecins en raison des divergences théoriques, est aujourd'hui considéré comme un précurseur ayant apporté d'importantes contributions à la compréhension du traumatisme,. Il a notamment permis grâce à ses travaux sur l'hystérie, la réaction dissociative et les techniques de psychothérapie, de se doter d'un corpus théorique qui est une source précieuse et fondatrice pour les recherches actuelles dans le domaine de la clinique du traumatisme. D'autres auteurs ont contribué à mieux connaitre les effets des traumatismes comme Ferenczi, cité plus haut. On peut penser à la théorie des états du Moi de Federn.

Federn a souligné l'importance de la thérapie dans le traitement des problèmes liés au sentiment de soi. Il a soutenu que la thérapie peut aider les individus à explorer et à comprendre leur sentiment de soi, à identifier et à résoudre les conflits internes, et à développer des stratégies pour améliorer leur sentiment de soi. La thérapie psychanalytique ou intégrative peut aider à améliorer l'estime de soi, et sa confiance en soi. 
Différentes méthodes en parallèle peuvent être utilisées aujourd'hui pour aider les personnes qui ont vécu un traumatisme à se sentir plus unifié, améliorant ainsi leur sentiment de soi. Il existe la thérapie EMDR, l'hypnose humaniste ou d'autres formes d'hypnose intégrant la thérapie des états dissociés qui peuvent contribuer à réduire les symptômes d'un patient traumatisé. 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.